“Le banquier est là pour vous aider : parlez-lui lorsque vous rencontrez des difficultés !”

Eric DralansLe trajet d’accompagnement a émis le signal vers la société que les institutions financières sont là en premier lieu pour aider leurs clients. Lorsque ces derniers contractent un crédit, la banque fait tout pour les aider à le rembourser. En cas de grandes faillites, de fermetures ou de restructurations, avec un tribut social élevé, le secteur est prêt à aider en concertation avec les pouvoirs publics, comme ce fut le cas pour Ford à Genk, pour ArcelorMittal à Liège ou pour Caterpillar à Charleroi. Mais il s’est très vite avéré que les difficultés ne se limitaient pas à ces entreprises: le trajet d’accompagnement est destiné à tous les clients de toutes les banques qui rencontrent des problèmes financiers, quelle que soit la raison.

Pourquoi un trajet d’accompagnement est-il nécessaire ?

Erik Dralans, Président du groupe de travail bancaire : Les consommateurs confrontés à un problème financier craignent souvent de s’adresser à leur banquier. La banque peut pourtant aussi proposer une solution à leurs difficultés. Il faut toutefois que les banques soient informées de l’existence de ces problèmes. Voilà pourquoi le trajet d’accompagnement a été lancé: nous voulons encourager chaque personne qui risque de se trouver confrontée à des problèmes de s’adresser de façon proactive à son banquier, avant que le problème devienne insurmontable et insoluble. Pour la sensibilisation, nous faisons aussi appel aux pouvoirs publics et à diverses organisations sociales. Avec nous, ils veillent à ce que notre message parvienne aux personnes qui en ont besoin.

Le trajet d’accompagnement a-t-il déjà livré des résultats concrets ?

La mise sur pied du trajet d’accompagnement a déjà permis que chacun sache que nous sommes prêts à aider: les consommateurs, les entreprises, les pouvoirs publics, les partenaires sociaux,… Dans le cadre des dossiers de Ford Genk et ArcelorMittal, nous avons en outre cartographié les problèmes, tant pour les entreprises et leurs fournisseurs que pour les individus. Ce fut la première phase.

Dans la seconde phase, des contacts ont eu lieu entre les institutions financières et divers fournisseurs. Pour les travailleurs, nous devons toutefois attendre de voir quel plan social sera adopté. Alors seulement, nous pourrons les aborder. Dès ce moment, le trajet d’accompagnement se poursuivra toutefois dossier par dossier, non au niveau sectoriel, mais par les banques concernées.

Le bilan de notre travail ne pourra être établi clairement que dans quelques mois seulement. Mais une chose est déjà claire: il ne s’agit pas d’un exercice unique. Nous avons créé le trajet d’accompagnement pour tout client qui rencontre des difficultés financières, aujourd’hui et demain.